Le compostage

Le compostage

Un geste quotidien écologique et fertile

Nous pratiquons aujourd’hui le tri sélectif en déposant nos emballages en carton, nos bouteilles en verre et nos déchets plastiques dans des containers spécifiques. Pourtant, un tiers des déchets ménagers que nous produisons, est encore jeté à la poubelle alors qu’il pourrait être traité par compostage individuel.

La décomposition des matières organiques contenues dans certains déchets ménagers (de la cuisine mais aussi du jardin) produit une sorte d’humus appelé compost. Le compost rend fertile les sols agricoles et les jardins car il permet d’alléger la terre, de retenir l’eau et les engrais et même de renforcer la résistance des plantes face aux maladies et prédateurs ! Ainsi la transformation des déchets peut servir de fertilisant naturel pour enrichir le sol de nos jardins ! Le compostage individuel sert donc à valoriser près d’un tiers de la poubelle et de diminuer ainsi les coûts et la pollution liés à la gestion des déchets.

Se lancer dans la pratique du compostage

Avant toute chose, il est important de déterminer quelle technique de compostage individuel adopter : en tas, en bac, en silo, de surface, en fonction des cas il y a des avantages et des inconvénients, et de bien déterminer son emplacement. Il faut également connaître la liste des déchets de la maison et du jardin que l’on peut composter et ceux à proscrire.

Le compostage, c’est la reproduction à échelle réduite du cycle de la matière : les matières organiques sont transformées, sous l’action de micro-organismes et animaux du sol, en une sorte d’humus. Pour que cette réaction se produise, il faut de l’oxygène, de l’eau et un régime équilibré pour « nourrir » ces ouvriers du sol !

  • Fragmenter les déchets en petits morceaux pour faciliter l’action des animaux et micro-organismes, surtout les déchets ligneux, avec un broyeur ou au sécateur ou avec une tondeuse sur des feuilles mortes, petites tailles de haies…
  • Mélanger les déchets de nature et de structure complémentaires : les « déchets bruns » plutôt carbonés, secs et structurants (qui forment des porosités et laissent passer l’air) avec les « déchets jaunes » plutôt azotés, humides et mous (qui ont tendance à se tasser), ce sont principalement les déchets de cuisine, les tontes et feuilles fraîches. Les alterner en couches fines de 3 à 10 cm maximum.
  • Aérer / brasser toutes les 3 ou 4 semaines pour fournir de l’oxygène et contrôler l’humidité

Les règles d’or

Il est fortement recommandé de couvrir le compost à l’aide d’un couvercle, d’une bâche plastique ou d’une couche de paille pour éviter le dessèchement fréquent en région méditerranéenne. Lorsqu’il pleut, on enlève la couverture pour profiter de la pluie ! En zone de montagne, couvrir le compost permet aussi de le protéger contre les excès de pluie, la neige et le froid. Le compostage produit de la chaleur (jusqu’à 60°C s’il y a beaucoup de déchets). Sachez que le compostage est plus ou moins lent (de 6 mois à un an) selon le temps que vous y consacrez. Pour commencer, la meilleure période est au printemps et en été car il y a beaucoup de déchets à composter. On obtient en moyenne en compost un tiers du volume de départ.

Vous remarquez la présence d’animaux ou de mauvaises herbes et des odeurs se dégagent de votre compost ? Vous ne savez pas quoi faire des autres déchets non compostables ? Retrouvez tout les trucs et astuces pour composter dans le guide du compostage ou alors contactez le service environnement de la ville de Six-Fours (04 94 10 80 20) ou rendez-vous au Revest-les-Eaux, au jardin de l’association « Le Regain », où ont lieu des animations variées sur le compostage !