Sélectionner une page

Ces dernières années, les rodéos urbains se sont multipliés, perturbant ainsi la sécurité routière et la tranquillité dans les quartiers.

Ce phénomène de mode consiste à démarrer en trombe avec son véhicule motorisé, cabrer sur la roue arrière lorsqu’il s’agit d’un scooter ou d’une moto, et répéter des manœuvres dangereuses en violant le code de la route. Les équipes de police se mobilisent pour limiter cette délinquance et mettent en place des contrôles de plus en plus réguliers. C’est un fléau bien connu des grandes villes qui touche désormais les zones rurales. Né dans les quartiers sensibles, c’est un moyen de faire diversion pendant que le trafic de stupéfiants se poursuit dans une rue parallèle, un moyen de provoquer les forces de l’ordre ou encore de marquer son territoire face à une bande rivale. Les réseaux sociaux et les rappeurs en ont fait la promotion à travers des vidéos, démocratisant ainsi le « cross bitume », autre terme employé, que les jeunes s’empressent de pratiquer le plus souvent devant la foule pour épater la galerie.

Les établissements scolaires, surtout les lycées, voient régulièrement des rodéos motorisés devant leurs bâtiments, c’est pourquoi les forces de l’ordre ont commencé à renforcer leurs actions :

  • La Police Nationale procède à des contrôles en commun avec la
    Police Municipale
  • Focus sur les collèges et lycées avec un contrôle quotidien sur une
    semaine pour chaque établissement
  • Prochainement, contrôles des engins motorisés (équipements/accessoires)
    sur les parkings des établissements scolaires. 

    Le Ministère de l’Intérieur travaille sérieusement sur ce type d’infraction, pour que les réponses judiciaires soient adaptées à la gravité des actes. C’est un problème pris au sérieux, considéré comme une mise en danger de la vie d’autrui. Depuis 2018, l’infraction est passée à un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. En cas de récidive, la peine peut aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

 

il est désormais possible d’échanger directement avec un policier sur internet 7j/7 – 24h/24 sur le site : moncommissariat.fr
Cette interface permet aux usagers de signaler les rodéos en cours ou tout type d’informations utiles aux services de police.
Ces signalements s’effectuent via le tchat situé sur l’écran d’accueil « j’échange avec un policier ».